RFI Reportage Afrique
 Cap Vert-Série, festival de musique: Miroca Paris, une vie de musique” 
(Guillaume Thibault, avril 19)

“Et c’est un local qui a bouclé l’Atlantic Music Expo. Il a joué pour tous les grands musiciens du Cap-Vert. Son nom : Miroca Paris. Le percussionniste de Cesaria Evora, Miroca Paris a su conquérir le public de l’atlantic Music expo avec ses compositions.

C’est ENFIN sorti! – L’album que tout le monde attendait du chanteur et multi-instrumentiste cap-verdien Miroca Paris!
Connu pour sa carrière de percussionniste avec Cesaria Evora pendant 11 ans, ce multi-instrumentiste virtuose partage enfin sa propre musique Live sur son album « D’ALMA ».

Avec un titre simple mais profond, D’Alma (« âme »), cet album comprend des morceaux comme Mund Amor, Nhe Simpronia: scènes de Mindelo Square, Joana Joaninha, parmi d’autres favoris.
Bien qu’il soit connu comme batteur et percussionniste virtuose, avec D’Alma Miroca se tourne vers ses origines en jouant de la guitare comme il le faisait à sa jeunesse aux îles du Cap-Vert.

Au cours de ses 20 ans de carrière, Miroca a notamment ajouté des couches et des couleurs à son travail aux côtés d’artistes internationaux tels que Chico César, la chanteuse de fado Cuca Rosetta, Tito Paris, Zizi Possi, ft Angelique Kidjo, Nancy Vieira, Bonga, Rui Veloso, Tcheka, Sara Tavares, Camané entre autres.

Intégrant ses vastes connaissances rythmiques, Miroca joue de la guitare comme personne : chaleureux, innovant, vivifiant avec un rythme contagieux. Ses solos de percussions sensationnels émerveillent à chaque fois le public!
Comme le souhaitait la « Diva aux Pieds Nus », Miroca partage sa propre musique avec le monde!

Les Inrocks “Reportage au cœur des musiques capverdiennes”​
(Anne-Laure Lemancel @ Atlantic Music Expo, avril 19)
(…) Citons aussi l’incontournable Tito Paris, auteur-compositeur de la diva aux pieds nus. Et attardons-nous sur son neveu, Miroca Paris, musicien de Cesaria, à l’énergie apaisée, qui mêle aux traditions de son île des chemins teintés de jazz et de funk. “Comme toutes les musiques insulaires, la nôtre possède l’odeur de la mer, dit-il. Chaque voyageur, chaque colon installé ici, a laissé une richesse, un rythme. Voici pourquoi, peut-être, notre musique sonne si familière aux oreilles du monde : parce qu’elle possède une part d’héritage de tous ceux qui ont foulé sa terre.”